Contact Us

Use the form on the right to contact us.

You can edit the text in this area, and change where the contact form on the right submits to, by entering edit mode using the modes on the bottom right. 

647 Avenue des Pins
Montréal, QC, H3A 1A1
Canada

+1 514 835 2816

Modulus excellence offers corporate coaching, consulting, training and conference to foster cultures of excellence.

Modulus excellence offre coaching corporatif, consultation, formation et conférence afin de développer des cultures d'excellence.

Entreprises libérées - c'est quoi au juste?

Modulus Iterations

Modulus Iterations

Blog

Entreprises libérées - c'est quoi au juste?

JF Lavallée

Je parierais que dans les derniers mois vous avez vu, lu ou entendu les termes suivants liés à la gestion :

 

auto-gestion, liberté, abolition des évaluations, bien-être au travail, plénitude etc.

D’où proviennent ces concepts et à quoi font-ils référence exactement?

C’est ce que nous nous proposons d’explorer dans les prochaines semaines à l’aide de ce blog.

Pour ceux que ça intéresse, suivez-nous dans l’univers des… entreprises libérées!

 

 

D’abord, trois notions de bases

 

Pour commencer, l’on doit parler des trois dimensions d’une entreprise quelle qu’elle soit. Ce que Kofman(1) appelle en anglais le IT, WE, I.

 Traduction libre : la chose, le nous et le moi.

- La chose, c’est l’entreprise en tant qu’entité, ce qui la compose, ses règles, sa raison d’être, ses valeurs, ses éléments techniques, sa structure etc.

 - Le nous, c’est la collectivité qui l’habite avec ses relations, tensions, forces, dynamiques, l’univers des relations interpersonnelles.

 - Finalement le moi, c’est chaque individu avec sa personnalité, ses aspirations, ses croyances et motivations.

 

Frédéric Laloux(2), auteur du livre qui a récemment permis de remettre sur la sellette ce concept de gestion d’entreprise libérée qui existe déjà depuis belle lurette, identifie ces trois notions ainsi :

 

 Evolutionary purpose (raison d’être évolutive)

 Self-management (auto-gestion ou auto-gouvernance)

 Wholeness (plénitude ou pleine conscience)

 

Le constat actuel est que plus souvent qu’autrement, dans l’entreprise moderne, la priorité a été mise sur le IT, au détriment des deux autres aspects.

Beaucoup d’énergies sont consacrées à assurer une rentabilité, permettre la croissance, accroitre les parts de marché et innover pour rester pertinent aux yeux des clients et actionnaires.

L’employé est une ressource que l’on traite de mieux en mieux certes, à laquelle l’on porte de plus en plus d’attention, mais toujours dans la perspective des objectifs du IT, de la chose, de l’entreprise.

 

L’idée derrière le principe de l’entreprise libérée, est de tenter de retrouver un meilleur équilibre entre ces trois pôles afin de tenir compte non seulement des impératifs organisationnels, mais à la fois, et de façon tout aussi importante, des dynamiques interpersonnelles qui émanent inévitablement lorsque l’humain se rassemble et des besoins physiques et psychologiques de tout individu qui désire participer activement à ce projet collectif porté par une entreprise.

 

Comment rallier ces trois notions en un modèle soutenable économiquement parlant, mais aussi socialement et individuellement parlant?

 C’est ce à quoi aspirent les entreprises qui prennent ou ont déjà pris le virage Teal tel que décrit par Laloux et Isaac Getz(3) avant lui.

 

Dans les prochains billets, comme on dit en français, nous explorerons ce qui caractérise les deux autres notions qui tentent de prendre leurs places de façon plus équitable… le concept de self-management et de wholeness.

 À bientôt!

 

  1. Conscious Business, Fred Kofman, Sounds True, Bolder, Colorado, 2013
  2. Reinventing Organizations, Frederic Laloux, Nelson Parker, 2014
  3. Liberté et Cie, Isaac Getz et Brian Carney, Champs essais, 2012